Evernight – Ep. 12

Evernight – Ep. 12

Présents : Altaïr (Glen), Catulla (X.O.), Hamilton Mc Cormak (Arnok), Locke (Bankace), Odel Razakar (Casa), Aelyn Sombre-Feuille (Chris)

Personnages impliqués : Aden, Sarah, Parapuce, un héros morts et des inconnus dans un tunnel.

Le cri de terreur d’Altaïr fit écho au mien. Alors que je n’étais que troublée, lui sembla pris de panique. Le fait qu’il n’ait pas encore réellement combattu comme nous l’avions fait dans les ruines sa-karan, ou lors de notre libération y était surement pour quelque chose. Il recula et commença à faire mine de s’enfuir. Hamilton, lui n’avait pas du tout été perturbé. Il enflamma son épée et dans un cri de rage, donna un grand coup à ce qui restait de Tragor. Un peu dans la précipitation, je lâchais la corde de mon arc que j’avais maintenu tendu jusqu’à présent. Deux flèches partirent, mais une seule vint se planter dans la peau de chinook qu’il portait sur ses épaules. Ces deux coups énervèrent encore plus notre adversaire du moment. Il bomba le torse. Lança son buste en avant. Poussa un nouveau cri, bien plus strident que le précédent. Il monta son épée au-dessus de sa tête. D’un geste puissant, il faucha tout monde autour de lui. Seuls Altaïr et moi à l’écart du sarcophage fûmes épargnés. Odel prit de plein fouet l’attaque et tomba au sol, une grande estafilade sur le visage. Locke, les yeux écarquillés par la peur, parvint tout de même à repousser le mort-vivant grâce à un énorme coup de pied retourné. Ce vieil homme m’étonnait toujours un peu plus. Dans le bruit du combat, je perçus des cliquetis provenant de l’entrée. J’ouvrais la bouche en voyant arriver un nouvel assaillant. Par réflexe, j’encochais une flèche et visais le squelette qui venait de faire son apparition. J’entendis un cri de rage lancé par la si silencieuse Cat. Je me retournais et vis la jeune fille donner un énorme coup de lance. La pointe de son arme vint se planter dans le crâne de Tragor. Dans un bruit feutré, il retomba inanimé dans son sarcophage puis bascula sur Odel qui n’émettait plus que des gargouillis. Ma flèche partit vers le squelette qui tomba avant qu’elle ne l’atteigne. La peur de mon attaque l’avait probablement achevé.

Odel était vraiment mal en point. Nous nous précipitâmes vers lui. Hamilton fit appel à Solace, mais les conditions étaient difficiles et il dut s’y reprendre à plusieurs fois pour refermer une partie des blessures du mage. Nous nous mîmes ensuite à trois autour de lui pour lui prodiguer des soins plus conventionnels et grâce à notre travail d’équipe nous parvînmes à le sauver. Cat remit l’épée encore enveloppée des fumerolles noirâtres et inquiétantes dans son fourreau. Je pris la cape en chinook, vraiment impressionnante, la roulait et la plaçait au-dessus de mon sac. Nous plaçâmes le crâne de l’ancien héros à ses pieds en veillant bien à ce qu’il ne soit pas en contact avec les restes du corps. Il était temps de rentrer au camp maintenant.

Nous sortîmes du tombeau et nous découvrîmes les restes de six autres squelettes dans le couloir. Nous l’avions échappé belle. J’aurais probablement pu nous en débarrasser, mais avec Tragor qui se battait dans mon dos, Odel dans de sales draps, Altaïr complètement paniqué, ça n’aurait pas été une mince affaire. Heureusement, nous n’avions pas eu à les affronter. Leur présence nous incita à encore plus de prudence. Cela ne nous empêcha pourtant pas, lorsque nous rentrâmes à nouveau dans la salle des statues, de nous faire surprendre.

Les six hommes, qui nous faisaient face, furent autant pris au dépourvu que nous. Simultanément, Cat et moi prîmes nos armes à la main et eux pointèrent leurs arquebuses sur nous. Quelques secondes passèrent pendant lesquelles nous nous observâmes, sans bouger, sans un bruit. Puis, comme si de rien n’était, Hamilton s’avança, la main en avant.

— Ola, mes braves ! Que faites-vous là ? Nous sommes un groupe de héros qui explorent ces catacombes. Solace a mené des hommes de la Main noire jusqu’à nous pour une bonne raison. Avez-vous besoin d’aide ?
— Baissez vos arquebuses, répondit l’homme qui s’avança vers le chevalier. Je m’appelle Jack. Comment avez-vous su que nous étions de la Main noire ?
— Eh bien, vos tenues et la sagesse de Solace m’ont mis sur la voie. Des surcots gris, la main brodée sur l’avant est autant de signe. Vous êtes bien équipés, dites-moi. Fit remarquer Hamilton en montrant les deux pistolets qui pendaient à la ceinture de chacun des mercenaires.
— Et comment vous êtes arrivé ici ? Demandais-je en restant dans l’ombre du tunnel par lequel nous étions arrivés.
— Et bien, nous étions dans les montagnes au moment où l’attaque a eu lieu, répondit Jack en se mettant la main au-dessus des yeux pour tenter de voir mon visage. Tunts connaissait l’entrée d’un tunnel au nord de Port-Royal. La ville est envahie de créatures et nous avons entendu dire qu’un groupe de survivants, de résistants s’était réfugié sous la ville. Nous avons décidé d’aller les rejoindre.
— Regarde Aelyn, murmura Cat en se penchant vers moi, leurs poignets.

Leurs histoires étaient plus que louches. Comment avaient-ils entendu parler des réfugiés s’ils n’étaient pas passés par la ville ? Y’avait-il vraiment des entrées des égouts au nord de Port-Royal ? En plus de ça, des traces de menottes étaient clairement visibles sur leurs avant-bras. Ils mentaient forcément. Cela ressemblait beaucoup plus à une tentative pour découvrir l’emplacement du camp qu’une véritable envie de devenir résistant. Alors que j’étais plongé dans ma réflexion et à mon grand étonnement, Cat s’avança vers les hommes en noir, avec un sourire quelque peu forcé. Je ne compris pas tout de suite ses intentions. En la voyant naviguer pour se placer au beau milieu du groupe et prendre fermement sa lance au point de faire blanchir ses articulations, je finis par avoir une idée de sa stratégie. En essayant de ne pas trop me faire remarquer, je contournais les mercenaires pour me mettre à l’opposé de la grande salle, j’encochais une flèche dans mon arc, prête à tout lâcher au moment où Cat allait agir.

Elle prit une profonde respiration. Mouvement circulaire. En un éclair, trois mercenaires furent couchés sur le sol. Bien que je m’y attende, je fus surprise par la soudaineté de son geste. Par pur réflexe, Hamilton tira son épée sur laquelle un des espions vint s’empaler. Altaïr assena un coup de manche sur le crâne d’un de ceux à terre encore conscients. Je lâchais la flèche qui se planta dans les cotes d’un autre. En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, cinq des six hommes étaient hors d’état de nuire. Le seul rescapé tenta de s’enfuir. Mais c’était sans compter la promptitude d’Odel qui, bien qu’à peine remis de son combat contre Tragor, se plaça lentement pour avoir le fuyard en ligne de mire et fit quelques mouvements. De ses mains partirent deux pics de glace qui se fichèrent dans le cou du mercenaire. En une seconde, la vie de ces hommes avait basculé.

Nous ligotâmes les survivants encore dans le coma. Qu’allions-nous en faire maintenant ?

— C’est hors de question qu’on les ramène au camp. Dis-je en mettant les poings sur ma taille.
— On ne va pas les tuer quand même. Répondit Cat.
— Nous n’avons qu’à les laisser ici. Solace décidera s’ils méritent de vivre ou de mourir.
— Ou on les enferme dans le tombeau de Tragor. Proposa Odel.
— Ça me semble bien ouais, faisons ça. On leur laisse une torche, un briquet et on referme. On verra avec Sarah et Lord Herrek ce qu’on fait ensuite. Allez hop, à poil.

Nous récupérâmes tout leur matériel, les laissant en pagne dans le tombeau du barbare. Chemises en mailles, pistolets, arquebuses, lanterne, équipements divers, tout leur fut confisqué. Nous rentrâmes au camp, une nouvelle fois, les bras chargés. Nous déposâmes tout notre nouveau barda dans nos quartiers et décidâmes de nous scinder en trois. Odel et Altaïr iraient demander à Parapuce d’examiner la cape et l’épée et de communiquer les résultats concernant le bâton des Maîtres. Hamilton et Locke rendraient visite à Sarah pour lui demander quoi faire avec les espions. En tant que décisionnaires du groupe, Cat et moi-même irions rendre des comptes auprès d’Aden.

Odel apprit du mage des Massacreurs d’araignées que la magie utilisée par les maîtres était d’une nature complètement différente de celles qu’on connaissait. Il n’avait pu, par exemple, détecter aucune aura comme c’est le cas habituellement. Odel n’aurait aucun moyen de s’en servir pour augmenter ses pouvoirs. L’épée et la cape, quant à elles, seraient probablement utiles au groupe. La cape permettait d’augmenter la force de celle qui la portait et l’épée de déstabiliser l’adversaire, même s’il absorbait le coup.

Hamilton et Locke tentèrent d’expliquer la situation à Sarah. Mais elle ne comprit pas grand-chose au discours quelque peu décousu du chevalier. Elle le laissa gentillement parler avant de lui proposer de venir nous rejoindre dans la tente d’Aden.

Pendant ce temps, Cat et moi nous rendîmes dans les quartiers de lord Herrek pour rencontrer son homme de confiance. Arrivées au poste de garde, le soldat à l’entrée nous prit de haut.

— Bonjour, c’est pourquoi ?
— Bah, vous nous connaissez non ? On vient voir Aden. On a des trucs à lui dire. Dis-je en m’avançant.
— Je vous accompagne. Répondit le garde en précédant mon mouvement.
— Pas besoin, on sait où c’est.
— J’ai dit. Je vous accompagne.

J’ouvrais la bouche pour protester, mais Cat me regarda d’un air qui semblait me demander de me taire. Je décidais de suivre ce que je pensais être l’avis de mon amie et de laisser le garde faire comme il l’entendait. Une fois la tente atteinte, il nous intima de nous arrêter ce que je fis tout en soufflant et en croisant les bras pour montrer mon désaccord.

— Aden, il y a quelqu’un qui veut vous voir.
— Qui est-ce ? demanda l’archiviste.
— Vous êtes qui ? répéta le soldat en me regardant.
— On… on est les déchainés… Répondis-je choqué qu’il ne me reconnaisse pas.
— C’est Les Déchainés qu’elle a dit.
— Oui bien sûr, faites-les entrer.

Je me grandis un peu, je poussais légèrement le garde pour entrer dans la tente tout en murmurant en passant à côté de lui « voilà, ça ne servait à rien de nous accompagner, on a tous perdu du temps », en espérant qu’il entende ma réflexion.

— Catulla, Aelyn, entrez donc. Prenez place. Vous allez vous assoir cette fois Aelyn n’est-ce pas ? fit remarquer Aden en montrant deux caisses. Vous êtes déjà de retour ?
— Et bien oui. Et on n’est pas rentré bredouille. On a bien trouvé Tragor, qui nous a fait le plaisir de se réveiller pour nous accueillir. On l’a vite invité à se rendormir. Notre mage a bien failli y passer d’ailleurs, mais ça va, il s’en est sorti avec une jolie estafilade.
— Et nous avons aussi rencontré un groupe à notre retour. Ils sembleraient que ça soit des espions à la solde des maîtres. Ils ont demandé à ce que nous les amenions au camp.
— Ce que j’ai évidemment refusé. Et ensuite, on leur a fait un sort. Cat a été intraitable avec eux. On ne les a pas tous tués évidemment. On les a enfermés avec Tragor. Je me suis dit que peut-être vous pourriez les interroger.
— Où les désenvouter peut-être ? Ce ne sont probablement pas de mauvaises personnes. Ils portaient les atouts des mercenaires de la Main noires.
— Nous n’avons personne capable de faire cela malheureusement, répondit Aden gêné.
— Et il est clair que Lord Herrek n’acceptera pas que ces hommes vivent une seule seconde dans le camp. Dis Sarah en entrant dans la tente.

Je me retournais brusquement. Je ne l’avais pas entendu arrivée. Elle était accompagnée d’Hamilton et Locke. Elle, n’avait pas eu besoin d’être annoncé par le garde. Mon égo en prit ombrage, mais je préférais me taire.

— Ils nous seraient pourtant peut-être utiles. Il n’y a aucun moyen de convaincre lord Herrek ? demanda Cat.
— Il est intraitable sur le sujet. D’après lui, des hommes du royaume qui vendent leur âme à l’ennemie n’ont rien à faire sur cette terre et doivent mourir sur le champ.
— Dommage, je pense qu’on aurait pu savoir comment les maîtres s’y prennent pour les retourner. Qu’est-ce qu’on fait du coup ? Je n’ai pas l’intention de les tuer, mais ça ne me dérange pas de les laisser croupir là-bas.
— Et bien, je pense que le plus raisonnable, est de leur apporter le minimum vital. C’est-à-dire une torche, un briquet et un peu de nourriture. Ils ont trouvé comment se rendre dans les tunnels supérieurs, ils arriveront sans aucun doute à aller retrouver leurs nouveaux maîtres.
— OK, ça marche, faisons ça.

Aden nous confia une note pour que nous récupérions le matériel à leur donner. Je fus tentée de garder la torche pour nous, mais cela aurait été indigne d’une héroïne. Tout aussi malfaisant fût-il, Aden et Sarah nous avaient demandé de les libérer. Et puis nous avions récupéré leurs lampes. Nous retournâmes au tombeau et y laissèrent le briquet, les torches et une outre d’eau aux mercenaires et nous rentrâmes au camp. Vu ce que nous avaient fait subir les maîtres, j’aurais plutôt été enclin à suivre l’avis de lord Herrek.

➵ Episode 13

Dramatis Personae

Aden est un ancien bibliothécaire de Mirzidor. Dès les premiers jours, il reçoit les héros pour que ces derniers lui expliquent ce qu’ils ont vu. La discussion avançant, ils arrivent ensemble à la conclusion que les envahisseurs étaient là avant que le pic ne tombe. C’est lui qui leur donne aussi leur première mission : aller récolter des algues vertes au sein même du territoire des trolls des mers.

Bareena est une aventurière dératisatrice. Les héros l’ont rencontrée dans les égouts de Port-Royal alors qu’elle était entrain de se débarrasser de nuées de rats. Ils l’ont aidée dans sa tâche. Elle connait Albian Galstaf et leur a indiqué où il était parti.

Coeur Vaillant est un célèbre troubadour. Les héros l’ont rencontré , sans lui parler, dans une auberge à Aragron où il a raconté l’histoire des Septs et du roi troll.

Dara est la compagne de Ralugon. Les aventuriers l’ont rencontré la première fois au camps de Port-Royal alors qu’ils lui rapportaient l’anneau du nain autre fois chef du groupe des Briseurs de Golems.

⚰️ Émile Keswraith est un prospecteur nain. Il a indiqué aux héros où se trouvait les ruines sa-karan qu’Albian Galstaf cherchait à explorer. Il a été trouvé mort à Aragron, gisant au coté du corps de Saler Falon.

Giniane est un prêtre de Solace d’une trentaine d’années. Il officie dans le camp de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal.

Gralène est un ancien officier de la garde. Le groupe l’a rencontré alors qu’ils démontaient le manoir des Galstaf. L’homme aux cheveux grisonnant leur a donné de quoi manger et leurs a expliqué le sort réservé aux faibles. Les vieux et les enfants ont tout simplement servi de nourriture aux envahisseurs. Il a été libéré de ses chaînes en même temps que les aventuriers.

Aussi appellé « Le Loup », lord Herrek est le champion du roi. Il a lancé la résistance en créant un camps de réfugié dans une immense grotte situé sous la ville de Port-Royal. Les aventuriers se sont mis à son service à leur arrivée dans le camp. Des rumeurs cours à son sujet. Il aurait été capturé par les Maîtres et aurait tenté de tuer le roi. On raconte même qu’il serrait toujours controlé par les ennemis.

Jacob Galstaf est le premier commanditaire des héros. C’est un riche marchand d’épices, très proche de la noblesse de Port-Royal. Il a fait passer une annonce discrète à laquelle ils ont répondu.

Jonasz Skulf tient le bar de la célèbre taverne de Port Royal l’Ombre du Roi.

Parapuce est magicien de Mirzidor tout comme Odel. C’est un membre du groupe d’aventurier des « Massacreurs d’araignées ». C’est l’unique personne dans le camp de réfugié à pouvoir identifier des objets magiques.

⚰️ Simon Rothleg est le secrétaire particulier des Galstaf. C’est lui qui a expliqué au héros en quoi consistait leur première mission. Il semble désinvolte, souriant et avenant. Son corps a été retrouvé dans les gravas du manoir de ses anciens employeurs.

Rada est une prêtresse de Solace d’une vingtaine d’années. Elle officie dans le camp de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal.

⚰️ Ralugon est un nain à la réputation jovial. Il est le chef des Briseurs de golems. Les héros l’ont croisé au début de leurs aventures alors qu’ils se rendaient à Aragron. Ils ont ensuite retrouvé son corps, à moitié dévoré au pied du pont enjambant la rivière non loin du village de bucheron. Aelyn a récupéré son anneau pour attester l’avoir trouvé. Un tumulus a été érigé en son honneur.

⚰️ Reg est un brigand qui, avec ses acolytes, a organisé une embuscade sur la route menant à Aragron. Malheureusement pour lui, il est tombé sur les aventuriers et a essuyé une sévère et brutale défaite. Tous ses compagnons ont été tués. Quant à lui, il a été forcé d’intégrer le groupe pour aller, à son fort défendant, jusqu’à Port-Royal. Reg est mort, en combattant aux côtés des héros, lors de la première mission confiée par Aéden.

Romwind est une guerrière membre des Briseurs de golems. Les aventuriers l’ont rencontré la première fois au camps de Port-Royal alors qu’ils rapportaient l’anneau de Ralugon.

⚰️ Les héros ont rencontré Saler Falon alors qu’il gardait la palissade à Aragron. C’est un ancien chevalier rouge. Il a perdu son bras au court d’une aventure et a été soigné dans le village où il habite aujourd’hui. Son corps a été découvert dans la salle principale de l’auberge d’Aragon.

Sarah est une prêtresse de Solace. Elle dirige le culte dans le camps de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal. C’est elle qui a permis à la résistance de libérer les aventuriers du joug des Maîtres.

Tam est une petite fille retrouvée près d’une maisonnette à moitié détruite par les flammes, située à une journée de marche d’Aragron. Elle était prostrée derrière un muret, complètement paniqué. Les héros l’ont recueillie et persuadée de les accompagner jusqu’au village de bucheron. Alors que tout le monde la croyais morte, elle surgit de nul part dans le camps de réfugiés sous Port-Royal.

⚰️ Trabian Galstaf est le fils de Jacob Galstaf. Il était membre des Cavaliers Écarlates. Les héros l’ont retrouvé mort dans d’anciennes ruines Sa-Karan. Il a vraisemblablement perdu la vie en combattant des espèces de tripodes arachnéens. Aelyn a récupéré sa chevalière portant les emblèmes de sa famille.

Trévor Galstaf est le frère de Jacob. C’est un chevalier rouge travaillant au côté de Sarah dans le camp de réfugié de Port-Royal. Les aventuriers lui ont remis la chevalière de son neveu Trabian. Il a offert une épée longue enflammée à Hamilton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *