Evernight – Ep. 14

Evernight – Ep. 14

Présents : Altaïr (Glen), Catulla (X.O.), Hamilton Mc Cormak (Arnok), Locke (Bankace), Odel Razakar (Casa), Aelyn Sombre-Feuille (Chris)

Personnages impliqués : Du brouillard, un tronc d’arbre tentaculaire, des araignées plutot énervées et un sorbet de Maître.

— On fait quoi du coup ?
— Nous sommes venus pour cueillir des oranges. Il y a un portail, nous y allons, c’est simple non ?
— Ouaip, mais ça serait mieux de passer par-derrière, histoire d’être un peu discret.
— Pour quoi faire Aelyn ? Vous l’avez bien vu contre les rats. La puissance de Solace est capable de venir à bout de n’importe quel péril. Allons-y, faisons le travail pour lequel nous sommes là.
— Ça serait pas mal de revenir vivant quand même. J’ai envie d’entendre les gens à Port-Royal crier notre nom moi.
Nous nous disputâmes quelques dizaines de minutes, accroupies dans les hautes herbes sur la crête qui surplombait la ferme de Holdam. Nous décidâmes finalement de descendre sans savoir si nous allions passer par l’entrée principale ou par la brèche qui éventrait le muret entourant la propriété. Le léger vent faisait onduler la végétation qui tapissait le flanc de la colline en camouflant notre progression.
— Arrêtez-vous. Regardez là en bas, sur le chemin. Il y a des traces. Nous fit remarquer Locke.
— Tu as raison. Pas mal pour un vieux. Répondit Altaïr.
— Ouais, arrêtez-vous, je vais aller voir de quand ça date.

Je me mis à ramper jusqu’au chemin. Maintenant que j’avais le nez dessus, il ne faisait plus aucun doute qu’il s’agissait d’empreintes d’arachnoïdes. Les trous étaient caractéristiques de leurs pattes en forme de pointe. Ce qui m’inquiéta ne fut pas que nos envahisseurs soient à l’origine de ces empreintes, parce que cela, nous nous y attendions. Par contre, il y en avait beaucoup trop et parmi toutes celles que je pouvais observer, certaines étaient très récentes et elles menaient droit à la ferme. Si l’endroit n’était pas occupé par ces monstres à trois yeux, il y avait de fortes chances qu’ils reviennent un peu trop tôt pour que nous puissions finir ce pour quoi nous étions ici.

— Il faut contourner. Ces traces sont claires, il y a des machins dans la ferme. Dis-je en montrant les trous dans le sol.
— Oh, ça va, il y en a marre de contourner. Allons-y par la grande porte. La grandeur de Solace nous protègera.
— Ton Solace, il est caché derrière les nuages alors je suis pas sûr qu’il puisse vraiment nous protéger, fît remarquer justement Altaïr. On passe par derrière comme ça, on peut visiter avant.
— Altaïr, va dans la grange en éclaireur puis fais le tour de la ferme pour passer par l’entrée de service qu’on voit là-bas.
— Euh… comment tu me parles là ? Je ne suis pas un troufion tu sais Aelyn ?
—Oh … OK… Altaïr, est-ce que tu pourrais faire le tour, regarder ce qu’il y a dans la grange et passer par la porte de service… S’il te plait.
— Pfff. Je crois que c’est peine perdue cette histoire.

Je regardais Altaïr s’éloigner. Je ne comprenais pas trop ce qu’il avait, mais je réalisais que le problème n’était probablement pas que je sois la cheffe du groupe, mais dans la manière de m’exprimer. Les codes des petites gens étaient visiblement différents de ceux des humains comme Cat ou Hamilton. Il ne fallait pas leur donner des ordres, mais bien leur faire croire qu’on se souciait de leur avis et que c’est eux qui décidaient. J’en prenais bonne note.
Altaïr suivit à la lettre mes recommandations. Nous l’attendions, caché derrière la brèche qui avait été ouverte dans la clôture pendant qu’il explorait la grange. Il n’y trouva rien d’autre que quelques bottes de paille. Pour vérifier qu’il n’y avait aucun danger dans la propriété, il grimpa sur le toit de ce qui s’était avéré être une espèce d’écurie. Il balaya la bâtisse principale. Il y avait quelque chose qui n’allait pas, mais il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il continua à réfléchir à la question et trouva au moment où il nous rejoignit.

— Il n’y a pas de danger, mais il y a un truc bizarre qu’on a pas remarqué avant. J’ai pas tout de suite compris, mais tous les volets de la ferme sont fermés.
— Les maîtres ne sortent que la nuit, ils ont fait en sorte que le soleil n’éclaire plus, que ça soit la pénombre partout. Ouais, on dirait bien qu’ils craignent la lumière.
— C’est normal, les ennemis de Solace ne peuvent qu’aimer l’obscurité. Qui d’autre pourrait ne pas aimer la lumière ?
— C’est pas ce que je voulais dire Hamilton. Mais c’est toujours bien de connaitre le point faible de celui qu’on combat non ?
— C’est une bonne remarque. Je propose que nous ouvrions tous les volets à côté desquels on passe. Qu’est-ce que vous en pensez ? proposa Catulla presque désolée d’avoir une idée.
— Bien, on va ouvrir tous les volets. Ça sera toujours la pénombre, mais ça sera moins pire que si c’était complètement fermé non ? Répétais-je sans faire attention.
— Oui… c’est ce que je viens de dire.

Pendant que Cat et moi ouvrions les volets de la façade et du côté est de la ferme, Altaïr s’avança à pas de loup vers la porte de service. Elle était fermée à clef. Visiblement, ce n’était pas vraiment un problème pour lui. En deux temps, trois mouvements, la serrure fit le bruit caractéristique des pistons qui libère la clenche. Le halfelin ouvrit la porte, un large sourire sur le visage et nous invita à entrer. Hamilton n’attendit pas son autorisation et pénétra en trombe dans la pièce.

— On dirait une cuisine. Mais il n’y a plus rien dedans. Même pas une casserole. Nous cria Hamilton
— Mais chutteuh. On passe par-derrière pour pas se faire remarquer et toi tu parles super fort. Lui fis-je remarquer en murmurant.
— Hein ? Parlez plus fort, mademoiselle, je ne comprends rien à ce que vous dites.

Cat, puis tous les compagnons pénétrèrent à leur tour dans la maison. Soudain, une brume blanche, étrange, monta du sol de la pièce. Ce fut presque la panique. Hamilton alluma son épée, je sortis précipitamment sur le palier, Cat sauta sur le rebord d’une fenêtre tandis qu’Altaïr faisait de même sur une commode. Seuls Locke et Odel, par manque de réflexe surement, ne firent pas une geste. L’étrange brouillard monta jusqu’aux genoux de ceux qui étaient restés à l’intérieur puis se dissipa. Je regardais mes camarades un par un, m’attendant à une série d’interrogation, mais rien. Ils avaient déjà oublié l’incident.

Une des portes de la cuisine s’ouvrait sur une espèce de cloitre lui-même entourant une véritable jungle. Des myriades d’arbres portant des oranges plus belles les unes que les autres y poussaient. La végétation avait déjà envahi l’endroit, transformant ce qui, avant l’attaque, devait être une cour à la végétation parfaitement organisée, en un espace chaotique ou les lianes se mêlaient aux branches des arbres. Hamilton n’attendit pas que nous soyons sûrs que l’endroit était sans danger et fonça, un sac de jute à la main, cueillir les précieux fruits. Quant à moi, je pris le parti de me faufiler entre les hautes herbes pour vérifier que rien ne nous attendait ici, tapis dans l’enchevêtrement des plantes. Odel et Locke ne se préoccupèrent pas plus que ça de savoir si mes craintes étaient justifiées ou pas.

Tchlack ! Tcklack ! Tchaff ! Trois harpons furent lancés vers nous. Hamilton et moi les évitâmes de justesse. Odel n’eut pas cette chance. Le projectile le transperça de part en part. Il fut projeté contre un arbre dans lequel la pointe se ficha. Heureusement, il eut la présence d’esprit, malgré la douleur, de couper le lien qui le reliait à la créature qui l’avait lancé tout en appelant son serviteur de bois. Un énorme tronc violacé, armé de tentacules, venait de nous attaquer sournoisement. Je pris promptement mon arc et remarquais qu’en haut de la chose était visible une espèce de cerveau. Je visais ce qui semblait être son seul point faible. Je n’eus pas le loisir de tirer mes flèches. Hamilton enflamma immédiatement son épée et donna de grands coups dans le tronc de notre assaillant qui s’embrasa sans attendre. Malheureusement pour nous, ce ne fut pas la fin de nos déboires. Une dizaine d’arachnoïdes sortit de l’étage. Marchant sur les murs, ils nous tombèrent dessus. Je laissais tomber mon arc pour prendre l’épée de Tragor. Tout en évitant les coups de patte griffue des araignées, j’en transperçais une, puis une deuxième. D’autres se précipitèrent sur Locke qui venait d’apparaitre dans le cloitre, prévenu de l’attaque par nos cris de ralliement. D’un coup de pied rageur, le vieil homme déchira la chitine pour faire jaillir un liquide violet et gluant assez peu ragoutant. Hamilton continuait son carnage pendant que Catulla mit en pratique ses heures d’entrainement. Elle faisait virevolter sa lance qui semblait danser au-dessus des têtes de ses camarades. Elle embrocha, à elle seule, quatre des bêtes qui tentaient de nous faire la peau. Nous n’avions pas encore mis fin à cet assaut, qu’une porte s’ouvrit à l’étage. Un maître apparu. Odel prononça quelques paroles. Des éclats de glace se formèrent au bout de ses doigts. D’un geste rageur, dans un rôle de douleur et de rage, le mage les lança sur celui qui venait d’apparaitre. Les pointes entrèrent dans la chair du Maître. Malgré la brièveté du combat, j’eus le temps d’envoyer une dernière flèche qui vint s’ajouter aux dégâts déjà infligés par le froid d’Odel. Mais ce fut ce dernier qui porta le coup de grâce. Le maître se figea, pris dans une gangue de glace. Et ce fut le silence.

Nous pensions être tirés d’affaire. Des êtres éthérés, des corps transparents, blanchâtres, brumeux, brisèrent nos espoirs d’avoir un peu de repos. Une goutte de transpiration perla sur mon front au moment où je serrais le pommeau de l’épée de Tragor.

Episode 15

Dramatis Personae

Aden est un ancien bibliothécaire de Mirzidor. Dès les premiers jours, il reçoit les héros pour que ces derniers lui expliquent ce qu’ils ont vu. La discussion avançant, ils arrivent ensemble à la conclusion que les envahisseurs étaient là avant que le pic ne tombe. C’est lui qui leur donne aussi leur première mission : aller récolter des algues vertes au sein même du territoire des trolls des mers.

Bareena est une aventurière dératisatrice. Les héros l’ont rencontrée dans les égouts de Port-Royal alors qu’elle était entrain de se débarrasser de nuées de rats. Ils l’ont aidée dans sa tâche. Elle connait Albian Galstaf et leur a indiqué où il était parti.

Coeur Vaillant est un célèbre troubadour. Les héros l’ont rencontré , sans lui parler, dans une auberge à Aragron où il a raconté l’histoire des Septs et du roi troll.

Dara est la compagne de Ralugon. Les aventuriers l’ont rencontré la première fois au camps de Port-Royal alors qu’ils lui rapportaient l’anneau du nain autre fois chef du groupe des Briseurs de Golems.

⚰️ Émile Keswraith est un prospecteur nain. Il a indiqué aux héros où se trouvait les ruines sa-karan qu’Albian Galstaf cherchait à explorer. Il a été trouvé mort à Aragron, gisant au coté du corps de Saler Falon.

Giniane est un prêtre de Solace d’une trentaine d’années. Il officie dans le camp de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal.

Gralène est un ancien officier de la garde. Le groupe l’a rencontré alors qu’ils démontaient le manoir des Galstaf. L’homme aux cheveux grisonnant leur a donné de quoi manger et leurs a expliqué le sort réservé aux faibles. Les vieux et les enfants ont tout simplement servi de nourriture aux envahisseurs. Il a été libéré de ses chaînes en même temps que les aventuriers.

Aussi appellé « Le Loup », lord Herrek est le champion du roi. Il a lancé la résistance en créant un camps de réfugié dans une immense grotte situé sous la ville de Port-Royal. Les aventuriers se sont mis à son service à leur arrivée dans le camp. Des rumeurs cours à son sujet. Il aurait été capturé par les Maîtres et aurait tenté de tuer le roi. On raconte même qu’il serrait toujours controlé par les ennemis.

Jacob Galstaf est le premier commanditaire des héros. C’est un riche marchand d’épices, très proche de la noblesse de Port-Royal. Il a fait passer une annonce discrète à laquelle ils ont répondu.

Jonasz Skulf tient le bar de la célèbre taverne de Port Royal l’Ombre du Roi.

Parapuce est magicien de Mirzidor tout comme Odel. C’est un membre du groupe d’aventurier des « Massacreurs d’araignées ». C’est l’unique personne dans le camp de réfugié à pouvoir identifier des objets magiques.

⚰️ Simon Rothleg est le secrétaire particulier des Galstaf. C’est lui qui a expliqué au héros en quoi consistait leur première mission. Il semble désinvolte, souriant et avenant. Son corps a été retrouvé dans les gravas du manoir de ses anciens employeurs.

Rada est une prêtresse de Solace d’une vingtaine d’années. Elle officie dans le camp de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal.

⚰️ Ralugon est un nain à la réputation jovial. Il est le chef des Briseurs de golems. Les héros l’ont croisé au début de leurs aventures alors qu’ils se rendaient à Aragron. Ils ont ensuite retrouvé son corps, à moitié dévoré au pied du pont enjambant la rivière non loin du village de bucheron. Aelyn a récupéré son anneau pour attester l’avoir trouvé. Un tumulus a été érigé en son honneur.

⚰️ Reg est un brigand qui, avec ses acolytes, a organisé une embuscade sur la route menant à Aragron. Malheureusement pour lui, il est tombé sur les aventuriers et a essuyé une sévère et brutale défaite. Tous ses compagnons ont été tués. Quant à lui, il a été forcé d’intégrer le groupe pour aller, à son fort défendant, jusqu’à Port-Royal. Reg est mort, en combattant aux côtés des héros, lors de la première mission confiée par Aéden.

Romwind est une guerrière membre des Briseurs de golems. Les aventuriers l’ont rencontré la première fois au camps de Port-Royal alors qu’ils rapportaient l’anneau de Ralugon.

⚰️ Les héros ont rencontré Saler Falon alors qu’il gardait la palissade à Aragron. C’est un ancien chevalier rouge. Il a perdu son bras au court d’une aventure et a été soigné dans le village où il habite aujourd’hui. Son corps a été découvert dans la salle principale de l’auberge d’Aragon.

Sarah est une prêtresse de Solace. Elle dirige le culte dans le camps de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal. C’est elle qui a permis à la résistance de libérer les aventuriers du joug des Maîtres.

Tam est une petite fille retrouvée près d’une maisonnette à moitié détruite par les flammes, située à une journée de marche d’Aragron. Elle était prostrée derrière un muret, complètement paniqué. Les héros l’ont recueillie et persuadée de les accompagner jusqu’au village de bucheron. Alors que tout le monde la croyais morte, elle surgit de nul part dans le camps de réfugiés sous Port-Royal.

⚰️ Trabian Galstaf est le fils de Jacob Galstaf. Il était membre des Cavaliers Écarlates. Les héros l’ont retrouvé mort dans d’anciennes ruines Sa-Karan. Il a vraisemblablement perdu la vie en combattant des espèces de tripodes arachnéens. Aelyn a récupéré sa chevalière portant les emblèmes de sa famille.

Trévor Galstaf est le frère de Jacob. C’est un chevalier rouge travaillant au côté de Sarah dans le camp de réfugié de Port-Royal. Les aventuriers lui ont remis la chevalière de son neveu Trabian. Il a offert une épée longue enflammée à Hamilton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *