Evernight – Ep. 20

Evernight – Ep. 20

Présents : Altaïr (Glen), Catulla (X.O.), Hamilton Mc Cormak (Arnok), Odel Razakar (Casa), Aelyn Sombre-Feuille (Chris)

Absente : Meilir (Sélène)

Personnages impliqués : des trolls en panique, des héros complètement morts et une légende tournoyante.



Avec l’aide de mes camarades, je mis au point le stratagème qui nous allait nous permettre de récupérer les précieux globes oculaires. Altaïr allait mettre la moitié du musc sur un paquet d’algue et le mettre dans l’eau, Hamilton et Cat s’attacherait aux concrétions de l’îlot pour résister à la bête pendant qu’ils tenterait de l’harponner, Meïlir, Odel et moi même resteront en hauteur, suffisamment de la berge pour éviter les dangereuses tentacules et affaiblir le monstre marin. Tout était parfaitement calé, le plan était parfait. Si tout le monde s’en tenait à son rôle, il ne devait y avoir aucuns problèmes.

Tout se déroula sans accros, ou presque. Altair enduit les algues de phéromones et lança le tout à bonne distance de la berge. Nous attendîmes nerveusement plusieurs dizaine de minutes. Hamilton n’arriva pas tenir en place et ne pus s’empêcher de faire des aller retour. Je le regardais en espérant que cela n’allait pas effrayer le gulper. Soudain, une créature jaillit de la surface. Elle était énorme et avala l’appât d’une seule bouché. Ce fût le signal de départ de la chasse. Cat fût la première à réagir. Elle lança son harpon qui se planta dans le gras de la bête. Hamilton, fît de même et s’il atteignit sa cible, ce ne fût pas suffisant pour que le projectile pénètre les chair. Il retomba à l’eau. La bête commença a se débattre, tentant de se libérer de son lien. Constatant les difficultés de ses camarades, invoqua la magie de Mirzidor. Il fît quelques gestes, prononça des paroles inintelligible. Un éclat de glace givra la bête. Si ce n’arrêtai pas, cela la ralenti suffisamment pour qu’elle arrête de bouger frénétiquement pour lui envoyer deux flèches dont une atteignit sa cible. Je blessais le gulper qui commençait à souffrir de nos attaques respectives. Hamilton tenta a nouveau de lancer son harpon, sans succès. La bête profita de l’ouverture laissée par le guerrier de Solace pour tenter de se débarrasser de ses agresseurs. Elle projeta quatre de ses tentacules vers les plus proches. Mais la créature blessée ne fît pas grand chose de plus fendre l’air. Tout au plus, elle réussi à effleurer la capuche d’Odel. Elle tenta bien de s’enfuir et brisa la corde à laquelle le harpon de Cat était encore accroché, mais c’était oublié que la magie d’Ode continuait d’opérer et elle finit par être congelé.

Cat, toujours pleine de ressource, fût la plus prompt à récupérer le harpon d’Hamilton et à se mettre à l’eau. Je l’aidais à ramener l’énorme bête jusqu’à nous. Je récupérais huit de ses globes oculaires, de grosses sphères jaunâtre de vingt centimètres de diamètre. Ils irradiaient légèrement. 

— Eh Odel ! T’as vu, ça lui encore. Tu penses que c’est dangereux de les transporter ? Demandais-je.

— Voyons voir. Il faut que je réfléchisse. Laisse moi en examiner un.

— C’est magique comme machin. Tu sais forcement comment ça marche. Ajoutais-je

— J’ai bien une petite idée, mais je ne suis pas sûr. Répondit-il hésitant

— T’es pas sûr que ça soit dangereux ?

— Non, je ne suis pas sûr. Je ne suis pas certain que ça ne soit pas dangereux non plus ceci dit.

— C’est quel type de danger d’après toi ? Il faut qu’on prenne des précaution je pense.

— En tout cas, ce n’est probablement pas explosif. Si c’était le cas, la créature aurait de très faible chance de survie. Précisa le mage.

Par prudence, j’emballais tout de même les globes oculaires que je récupérais. Il fallait mieux prévenir que mourrir. Nous décidâmes de tenter d’appâter une nouvelle proie. Malheureusement, nous eûmes beau attendre un couple d’heure, rien ne fût attirer par le musc qui nous restait et nous finîmes par rentrer au camps, chargé des huit globes.

— Ça vie en solitaire ces bêtes là. Affirmais-je.

— Comme tu sais ça toi ? Demanda Altaïr.

— Tout le monde le sais non ?

— On s’barre alors ? Continua l’halfelin.

C’était pas la peine de perdre du temps, de risquer de se faire attaquer par des trolls des mères.

— Allez, la décision est prise, on rentre.

Contrairement à l’allée, nous n’eûmes pas à subir de mauvaise rencontre. C’est presque gaiement qu’en fin de journée, nous arrivâmes à Port-Royal. Je me rendis directement au tente d’Aden, mes compagnons me suivant de prêts.

— Vous êtes déjà de retour ? s’étonna le bras droit de Lord Herrek. Tout s’est bien passé ?

— Disons que tout s’est bien passé concernant l’objet de la mission que vous nous avez filé. Répondis-je hésitante en posant un des yeux sur sa table de travail.

— Superbe, est-ce qu’on vous réserve des potions ?

— Sinon, on a une bonne nouvelle et deux mauvaises. Dis-je sans oser le regarder.

— Oh. i Répondit l’intendant qui perdit son sourire immédiatement.

— Je commence par la bonne. On a retrouvé trois des membres de la bande de Greenfang. La première mauvaise nouvelle, c’est qu’ils sont morts et que le quatrième y est aussi probablement resté.

— Nous nous en doutions quelques peu. Ils ont disparue depuis trop longtemps pour que puissions imaginer qu’il ait pu bénéficier d’un autre sort que celui que vous me rapportez. Qu’elle est donc la seconde mauvaise nouvelle dont vous voulez me parler ?

Je me frottais le front, me mordais les lèvres. Jusqu’alors restée debout, je m’assis et respirais un grand coup.

— Nous avons été attaqué par Spike. On a du… on a… on a du le tuer. On a découvert qu’il était controlé par les maîtres. Dis-je ne serrant les mâchoires.

— Qui est au courant ?

— Que nous. Rebondis-je en vérifiant que personne n’écoutait aux portes.

— Il serait bon que cela reste le cas.

— Ça n’augure rien de bon pour le autres membres des Septs. Ajouta Glen.

— Effectivement, je pense que ce n’est pas une information que la population du camps devrait avoir.

Aden se tourna vers moi, l’ai septique.

— Ce ne serait pas l’armure que vous portez d’ailleurs.

— Ouais, c’est bien elle.

— Vous avez trouvé ses griffes également ?

— C’est moi qui les aient. Répondit Altaïr.

— Bien. Ce sont des objets assez reconnaissables. Évitez de les porter publiquement.

— On va faire attention. Dis-je en refermant ma cape.

— Vous avez enterré les corps ?

— Oui. Les quatres. Celui de Spike et ceux des trois Greenfang. Assurais-je.

— Il était complètement controlé ? Vous avez pu lui parler ?

— Non, il s’est jeté sur nous et nous a directement entaillé.

— Il était complètement fou, il ne faisait que faire des borborygme assez effrayant. Précisa Cat.

— Vous pensez que les maîtres l’ont laissé dans le tunnel pour massacrer tout ce qui bouge ? Demanda Aden.

— On dirait. 

— Vous n’avez aucun indices quant au sort des six autres ?

— Non, aucun, répondit laconiquement Odel

— C’est moyennement rassurant.

— Voir même franchement inquiétant, ajouta Hamilton.

— Surtout si le euh… non, c’est une réflexion idiote, hésitais-je.

— Surtout si ?

— Surtout, si… surtout si le roi était en compagnie des Septs.

Aden, pencha la tête d’un coté, puis de l’autre, cherchant à mesure la gravité de cette éventualité.

— Peut-être, peut-être… Mais nous n’avons pas d’informations. Et il y a aussi cette histoire de Valador.

— Effectivement.  Se souvint Hamilton.

— Oui, qui peut bien être Valador. Dis-je

— Qui est —ce— Valador ? Valador est un nom assez commun malheureusement.

— Nous organiserons une veillé, ce soir, pour la bande de Greenfang. Je vous recontacte demain dans la journée, je pense que nous aurons une nouvelle mission a vous confier, nous avertis Aden avant de prendre congé.

Le soir, la cérémonie fût mené par Dame Sarah et Lord Herek. Des chants furent entonné, des contes psalmodiés. Les liens entre la population et ses héros furent un peu plus resserré. Je fût touché par cette attention. Je me dis que j’étais maintenant quelqu’un pour ces gens. Bizarrement, si j’espérais rester vivantes quelques décennies encore et pouvoir raconter mes aventures, assise auprès d’un feu, une couverture sur mes jambes, les cheveux grisonnants, j’étais fier qu’un jour, des gens que je ne connaissais pas, chanteront mes louanges. Des buchers flottant furent mis à l’eau brulant du précieux bois seulement pour rendre honneur aux héros. Les feu furent allumer par Lord Herrek lui même. Malgré la situation, le peuple honorait ses héros.


14 jours

Le lendemain, nous sommes, une nouvelle fois convoquées par Aden.

— Bonjour, vous ne nous avez pas précisé le nombre de potion que vous vouliez. 

— Ah oui, j’étais perturbée par la nouvelle. Ils nous en faut une chacun. Six donc.

— Bien. Nous mettrons ça à votre disposition. Prennez ça également pour vos service.

— Oh, 2000 soleils ! M’exclamais-je en ouvrant la cassette qu’Aden venait de nous remettre. Merci beaucoup.

— Merci à vous. Bien, la date de la bataille approche. Il reste 14 jours. Nous allons avoir besoin de poudre. Il faudrait aller en chercher chez les nains. Le soucis, c’est que les nains infernaux ont un petit différent avec Lord Herrek. Ça serait inutile d’envoyer une grosse caravane qui pourrait être identifiée comme étant sous ses ordres. Nous avons donc décidé de plutôt envoyer des petits groupes comme le votre. Ça permettrait en plus d’être moins embêté par les bandits qui sont un peu partout sur le chemin. Si ça vous intéresse, nous vous confierons une équipe qui vous accompagnera sur une partie du chemin ainsi qu’un charette à bras.

— Ça nous intéresse, répondîmes-nous en choeur.

— La cité est à peine à six heures de marches d’ici. Elle est assez facile d’accès : les nains ont jadis construit un large tunnel reliant leur ville à Port-Royal. Il arrive au niveau des égouts.

— Oui, c’est une route pavée. Ajouta Odel. Tout le monde sait ça.

— Il y a même un poste de garde qui permet de protéger l’accès depuis les égouts de Port-Royal, précisa Cat.

— Ouaip, et il paraît que la route débouche sur des grottes pleine de lave. J’ai hâte d’aller voir ça.

— Les maîtres ont essayé d’attaquer les nains qui se sont réfugiés dans les tunnels. Ils ont fait effondré quelques tunnels et ont réussi à repousser les maîtres. Les maîtres sont pas trop à l’aise prêts de la lave. Raconta Altaïr.

— Comment savez-vous tout ça ? Demanda Hamilton.

— Hé bien, quelque fois, Solace ne te raconte pas tout, il faut aussi écouter les érudits qui nous racontent les histoires du royaume. Répondis-je en souriant.

— Bien, mais venant on au fait. Je vous propose de vous remettre des tonneaux et une somme d’argent pour négocier la poudre. Ça nous permettra d’utiliser les pistolets que vous avez ramené. Est-ce que vous êtes toujours d’accord ?

— Evidement, Solace nous a donné une mission : libérer le royaume. 

— On a quinze jours pour préparer un assault. On doit tout faire pour avoir un maximum de moyen. Ajouta Altaïr.

— Et peut-etre on pourra ramener les nains pour se battre avec nous. Après tout Tariane a bien rassemblé toutes les espèces, je dois pouvoir faire pareil non ?

— Pourquoi pas, mais sachez que vous ne serrez pas dans de bonne condition pour négocier leur ralliement.

— On a bien ramené les orcs à notre cause. C’était pas gagné mais on a quand même réussi. Y’a pas de raison qu’on y arrive pas avec les nains. On parlera pas de Lord Herrek c’est tout. On dira seulement qu’on est en train de former une alliance pour chasser les maîtres, que les orcs sont déjà avec nous. Et voilà.

— Vos paroles sont pleines de bon sens. Drugal à vraiment un problème avec Lord Herrek. Et vous savez à quel point les nains peuvent être têtus. 

— Euh… oui. Affirmais-je sans avoir aucune idée quant à l’exactitude de cette information. On sait pourquoi Lord Herrek et Drugal ne peuvent pas se voir ?

— Il y a eu des discussions pour mettre en place une stratégie d’attaque. Cela n’a pas abouti. Drugal pense que Lord Herrek est sous la coupe des maîtres. Mais si vous arrivez à les relier, sachez que tout le monde ici, y compris Lord Herrek, serait ravi de compter sur les nains.

— Est-ce qu’il y a des risques identifiés ? Demanda Cat.

— Oui, j’ai abordé tout à l’heure la question des brigands. Il y en a quelques un sur la route, en particulier les hommes de Garone. Précisa Aden, faisant légèrement tiquer Meïlir en prononçant ce nom et Altaïr chuter du haut du rondin sur lequel il se balançait.


13 jours.

Le lendemain, nous partîmes en quête de la poudre. Quelques personnes nous accompagnèrent jusqu’aux tunnels supérieurs d’où partait la route souterraine devant nous amener à la cité des nains. Comme nous nous y attendions, la route est privée. Elle est suffisamment large pour que trois ou quatre cariole puisse se croiser. Si la voie était encore utilisé par de petit groupe pour permettre les échanges entre le camps et Inferno, la chaussée semblait démesuré par rapport à tout ce que j’avais vu jusqu’à présent.

Altaïr était le plus à l’aise dans cet environnement, c’est lui qui parti en reconnaissance. A l’endroit où les postes de gardes auraient du se trouver, nous pouvions apercevoir la pénombre du jour masqué par les fumées envoyé par les maîtres. Altaïr jeta un oeil. A l’extérieur, Le vent faisait frémir les feuillages se fait entendre. Les murs des couloirs menant à l’extérieur sont couverts de sang séché. Les entrepôts ont été pillé. Dans la cours, un cerveau à tentacule flottait dans l’air, faisant la ronde à l’affut de futur esclave.

Nous continuons sur la voie souterraine sur une centaine de mètres. Régulièrement, des ouvertures donnaient sur des tunnels s’enfonçant dans les roches. Au grand désespoir d’Hamilton, Cat à gauche et moi à droite nous arrêtions à chaque embranchement pour vérifier que ce n’était pas le lieu d’une embuscade. Il valait mieux arriver plus tard que de ne pas arriver du tout. Quand, au loin, des coups de feu résonnèrent dans les tunnels.

Tout le monde se figea. Cat nous fît signe de nous taire. Des sifflements d’éclair magique s’ajoutèrent au bruits de la poudre. Je m’avançais, tachant de rester discrète. De la lumière provenait depuis l’intérieur du tunnel. Je demandais à Altaïr, d’y aller à son tour. Quelques mètre plus loin, dans une salle creusée à même la roche, se tenaient une dizaine de personne habillés intégralement en violet décoré de petites étoiles jaunes. Alors que certains surveillaient, d’autre dépouillaient cinq ou six corps en cote de maille gisant au sol. Une femme entre deux âges passait entre les cadavres, achevant nerveusement ceux qui semblait encore donner quelques signes de vie. Odel fût formel, nous avions à faire à des membres de l’énigmatique famille Wormley. Chez eux, tous avaient des prédispositions pour la magie. Ces aptitudes étaient compensées par le fait que tous n’avaient pas la totalité des facultés mentales attendues. Les rumeurs de consanguinités courraient tentant d’expliquer les infirmités et la transmission de cette inclinaison aux arcanes.

➵ Episode 21


Dramatis Personae

Aden est un ancien bibliothécaire de Mirzidor. Dès les premiers jours, il reçoit les héros pour que ces derniers lui expliquent ce qu’ils ont vu. La discussion avançant, ils arrivent ensemble à la conclusion que les envahisseurs étaient là avant que le pic ne tombe. C’est lui qui leur donne aussi leur première mission : aller récolter des algues vertes au sein même du territoire des trolls des mers.

Bareena est une aventurière dératisatrice. Les héros l’ont rencontrée dans les égouts de Port-Royal alors qu’elle était entrain de se débarrasser de nuées de rats. Ils l’ont aidée dans sa tâche. Elle connait Albian Galstaf et leur a indiqué où il était parti.

Coeur Vaillant est un célèbre troubadour. Les héros l’ont rencontré , sans lui parler, dans une auberge à Aragron où il a raconté l’histoire des Septs et du roi troll.

Dara est la compagne de Ralugon. Les aventuriers l’ont rencontré la première fois au camps de Port-Royal alors qu’ils lui rapportaient l’anneau du nain autre fois chef du groupe des Briseurs de Golems.

⚰️ Émile Keswraith est un prospecteur nain. Il a indiqué aux héros où se trouvait les ruines sa-karan qu’Albian Galstaf cherchait à explorer. Il a été trouvé mort à Aragron, gisant au coté du corps de Saler Falon.

Giniane est un prêtre de Solace d’une trentaine d’années. Il officie dans le camp de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal.

Gralène est un ancien officier de la garde. Le groupe l’a rencontré alors qu’ils démontaient le manoir des Galstaf. L’homme aux cheveux grisonnant leur a donné de quoi manger et leurs a expliqué le sort réservé aux faibles. Les vieux et les enfants ont tout simplement servi de nourriture aux envahisseurs. Il a été libéré de ses chaînes en même temps que les aventuriers.

Grok est le fils de Kargan, le roi des orcs. Il a demandé avec force arguments à ce que les héros les rejoignent pour reformer l’alliance que Tariann avait déjà conclue lors de l’invasion précédente. Bien qu’indécis, les aventuriers finirent par être convaincus par la présence d’une centaine de ses congénères et de quelques ogres. Ils ont suivi leurs nouveaux amis jusqu’au mont effroyable où le peuple orc a construit une véritable cité. Il a convaincu son père que les aventuriers étaient peut-être capables de passer les épreuves de la femme rouge et être dignes de combattre aux côtés des orcs.

Aussi appellé « Le Loup », lord Herrek est le champion du roi. Il a lancé la résistance en créant un camps de réfugié dans une immense grotte situé sous la ville de Port-Royal. Les aventuriers se sont mis à son service à leur arrivée dans le camp. Des rumeurs cours à son sujet. Il aurait été capturé par les Maîtres et aurait tenté de tuer le roi. On raconte même qu’il serrait toujours controlé par les ennemis.

Jacob Galstaf est le premier commanditaire des héros. C’est un riche marchand d’épices, très proche de la noblesse de Port-Royal. Il a fait passer une annonce discrète à laquelle ils ont répondu.

Jonasz Skulf tient le bar de la célèbre taverne de Port Royal l’Ombre du Roi.

Kargan est le roi des orcs et père de Grok. Il n’était pas forcément très confiant quant à la possible réussite des héros au court des épreuves de la femme rouge. Devant l’insistance de Grok, il finit par accepter que les Déchaînés soient candidats.

Parapuce est magicien de Mirzidor tout comme Odel. C’est un membre du groupe d’aventurier des « Massacreurs d’araignées ». C’est l’unique personne dans le camp de réfugié à pouvoir identifier des objets magiques.

⚰️ Simon Rothleg est le secrétaire particulier des Galstaf. C’est lui qui a expliqué au héros en quoi consistait leur première mission. Il semble désinvolte, souriant et avenant. Son corps a été retrouvé dans les gravas du manoir de ses anciens employeurs.

Rada est une prêtresse de Solace d’une vingtaine d’années. Elle officie dans le camp de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal.

⚰️ Ralugon est un nain à la réputation jovial. Il est le chef des Briseurs de golems. Les héros l’ont croisé au début de leurs aventures alors qu’ils se rendaient à Aragron. Ils ont ensuite retrouvé son corps, à moitié dévoré au pied du pont enjambant la rivière non loin du village de bucheron. Aelyn a récupéré son anneau pour attester l’avoir trouvé. Un tumulus a été érigé en son honneur.

⚰️ Reg est un brigand qui, avec ses acolytes, a organisé une embuscade sur la route menant à Aragron. Malheureusement pour lui, il est tombé sur les aventuriers et a essuyé une sévère et brutale défaite. Tous ses compagnons ont été tués. Quant à lui, il a été forcé d’intégrer le groupe pour aller, à son fort défendant, jusqu’à Port-Royal. Reg est mort, en combattant aux côtés des héros, lors de la première mission confiée par Aéden.

Romwind est une guerrière membre des Briseurs de golems. Les aventuriers l’ont rencontré la première fois au camps de Port-Royal alors qu’ils rapportaient l’anneau de Ralugon.

⚰️ Les héros ont rencontré Saler Falon alors qu’il gardait la palissade à Aragron. C’est un ancien chevalier rouge. Il a perdu son bras au court d’une aventure et a été soigné dans le village où il habite aujourd’hui. Son corps a été découvert dans la salle principale de l’auberge d’Aragon.

Sarah est une prêtresse de Solace. Elle dirige le culte dans le camps de réfugiés situé sous la ville de Port-Royal. C’est elle qui a permis à la résistance de libérer les aventuriers du joug des Maîtres.

Tam est une petite fille retrouvée près d’une maisonnette à moitié détruite par les flammes, située à une journée de marche d’Aragron. Elle était prostrée derrière un muret, complètement paniqué. Les héros l’ont recueillie et persuadée de les accompagner jusqu’au village de bucheron. Alors que tout le monde la croyais morte, elle surgit de nul part dans le camps de réfugiés sous Port-Royal.

⚰️ Trabian Galstaf est le fils de Jacob Galstaf. Il était membre des Cavaliers Écarlates. Les héros l’ont retrouvé mort dans d’anciennes ruines Sa-Karan. Il a vraisemblablement perdu la vie en combattant des espèces de tripodes arachnéens. Aelyn a récupéré sa chevalière portant les emblèmes de sa famille.

Trévor Galstaf est le frère de Jacob. C’est un chevalier rouge travaillant au côté de Sarah dans le camp de réfugié de Port-Royal. Les aventuriers lui ont remis la chevalière de son neveu Trabian. Il a offert une épée longue enflammée à Hamilton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.